Le Désert d’Atacama, situé sur la côte pacifique de l’Amérique du Sud, est le plus aride et le plus vieux des déserts du monde. Il est bordé par le Chili à l’ouest, le Pérou au sud et la Bolivie à l’est. Avec ses 1 050 km de longueur et 400 km de largeur, il couvre une superficie de 105 000 km2. Avec cette grande étendue, il est facile de comprendre que le Désert d’Atacama représente un écosystème extrêmement hostile.

Les conditions climatiques

La principale caractéristique du Désert d’Atacama est son climat extrêmement sec. Les précipitations annuelles moyennes sont inférieures à 5 mm et peuvent même être nulles pendant des années entières. Les températures sont très variables selon les saisons, allant de -10 °C à 40 °C. La température moyenne annuelle est autour de 25 °C.

En raison des conditions climatiques difficiles, la faune et la flore qui peuplent le Désert d’Atacama sont très adaptées aux conditions extrêmes. Les plantes pour survivre à la fois à la chaleur et au manque d’eau ont développé des racines profondes et des feuilles résistantes à la sécheresse.

Les sols

Le sol du Désert d’Atacama est composé principalement de roche volcanique et de sable qui ne retiennent pas bien l’humidité. Ce sol peu fertile n’est pas propice aux cultures agricoles et n’offre que peu de possibilités pour la faune sauvage.

L’absence d’eau

L’absence de précipitations rend l’accès à l’eau très limitée pour les habitants du Désert d’Atacama ainsi que pour toute forme de vie. La population locale doit trouver des solutions alternatives pour survivre en utilisant des techniques telles que l’irrigation des cultures par l’utilisation d’eaux souterraines capturées par des puits artésiens.

Les risques naturels

Le Désert d’Atacama subit également une activité volcanique importante avec plusieurs volcans actifs dont le Volcan Lascar qui a été en éruption en 2015. De plus, les tremblements de terre sont fréquents car la région est située sur une zone active tectoniquement.

Conclusion

Le Désert d’Atacama est un environnement très hostile où seuls quelques organismes arrivent à survivre aux conditions extrêmes imposées par le climat aride et sec, le sol stérile et l’absence quasi-totale d’eau. En dépit de cet environnement difficile, certaines espèces animales et végétales ont réussi à adapter leurs moyens de survie aux contraintes de ce milieu exceptionnellement hostile.