Acheter une exploitation viticole est un acte important et qui doit être réfléchi, mûri et certain. Cet achat implique un accompagnement tant au niveau financier, technique, architectural, œnologique ou encore fiscal.

Choisir le type de viticulture que l’on souhaite exploiter

En France, il existe cinq types de viticultures. Le choix de la viticulture que vous souhaitez exploiter vous permettra de restreindre la liste des possibilités d’achat et de ne vous pencher que sur des domaines vous intéressent vraiment. Il existe des entreprises spécialisées dans la vente et l’achat de domaines viticoles comme Vinéa Transaction qui vous accompagnent pour dénicher les domaines viticoles correspondants à vos attentes et de qualité.

L’agriculture intégrée dans les vignobles

L’agriculture intégrée est un type d’agriculture qui favorise l’utilisation de méthodes les plus naturelles possible. Ce type de vignoble opte donc pour la rotation des cultures, l’emploi d’animaux pour nettoyer les sols et les fertiliser, etc. L’objectif de ce type de pratique est d’obtenir un sol le plus sain possible naturellement. Ainsi, dans ce type d’exploitation viticoles, peu de produits chimiques sont utilisés.

L’agriculture organique ou biologique dans les vignobles

La vente de vignobles bio a le vent en poupe. La viticulture bio est un mode de production qui souhaite respecter les équilibres naturels. Elle supprime complètement l’usage de produits chimiques de synthèse ainsi que l’usage d’OGM au sein de son vignoble. Depuis 2012, les viticulteurs ont le droit d’utiliser le terme vin biologique. Il s’agit d’un label et il n’est attribué qu’aux viticulteurs respectant un cahier des charges précis.

La culture biodynamique dans un vignoble

La culture biodynamique va plus loin que l’agriculture biologique. Celle-ci consiste à intensifier la vie du sol afin qu’il existe un échange plus qualitatif entre la terre et la vigne. Ce type de pratique implique des recettes à base de plantes et le suivi du calendrier lunaire. La dose de soufre dans le vin est grâce à ces pratiques naturellement réduite.

L’agriculture raisonnée dans un vignoble

L’agriculture raisonnée a pour objectif de mieux tenir compte des questions environnementales. Elle est poussée par le gouvernement français qui récompense les bonnes pratiques des viticulteurs. Elle est critiquée par de nombreux consommateurs car les viticulteurs conservent le droit d’utiliser un certain nombre de produits chimiques au sein de leur exploitation viticole.

L’agriculture traditionnelle dans les vignobles

L’agriculture traditionnelle respecte les principes de maximisation du rendement de la production de vin. Ainsi, dans certaines exploitations viticoles, on a recours aux engrais et divers produits chimiques. Cette agriculture est de nos jours se voit remise en question et a ouvert la voie aux autres types d’agriculture présentées ci-dessus.

La demeure et les règles que le bâtiment viticole doit respecter

L’étude du ou des bâtiments ne se restreint pas aux expertises légales. Il est nécessaire de s’assurer de la conformité des constructions réalisées sur le domaine. Il sera donc indispensable de se pencher sur le permis de construire, la garantie dommage ouvrage et les risques liés aux catastrophes naturelles. De plus, un contrôle des gros œuvres devra être effectué afin de vérifier si les structures sont aux normes. Ce contrôle sera à faire effectuer par un ingénieur du bâtiment ou un architecte. Enfin, la partie urbanisme et donc le développement de la population vivant aux alentours est à prendre en compte. En effet, selon le type d’agriculture l’évaluation des risques devra être analysé plus ou moins profondément.

Lorsque l’on vérifiera la demeure et ses nombreux aspects, il sera indispensable de se pencher vers la cave de vinification pour vérifier la conformité des installations de celle-ci. Six points sont indispensables à vérifier et devront être parfaitement respectés pour que la demeure soit apte à être mise en vente.

Ensuite, le matériel devra lui aussi être inspecté s’il fait partie de la cession. Une liste devra être définie et l’ensemble des outils devront être conformes à la réglementation, aux normes environnementales et au respect des pratiques culturales.

Les autres aspects à analyser pour l’achat d’un domaine viticole

D’autres points doivent être respectés et analysés pour entrer dans le diagnostic au moment de la vente. Les stocks et avances aux cultures doivent être valorisés. Les contrats du personnel travaillant au sein du domaine devront normalement être maintenus. Il sera donc important de noter ce point et d’analyser le coût de ces salariés pour la personne qui rachètera les lieux. Enfin, d’autres points comme la détermination des plus-values, les fonds agricoles et la marque devront être notés et fiables pour engager une protection des marques cédées et en l’occurrence la marque du domaine viticole par exemple.