Cancer du sein : une patiente victime d’une erreur lors des séances de radiothérapie

355

A Créteil, les professionnels de la Santé ont pu constater qu’une erreur avait été commise lors du traitement. Les 22 séances de radiothérapie ont été effectuées du mauvais côté et elles ont occasionné des lésions cutanées.

22 séances de radiothérapie faites inutilement

De nombreuses interrogations sont en suspens, car cette affaire est assez surprenante. Pendant 22 séances, les rayons ont été dirigés vers le sein qui n’était pas concerné par le cancer. L’information n’est pas une rumeur, car elle émane directement de l’ASN, l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Elle a été diffusée puisqu’un signalement a été effectué le 12 novembre dernier. Cela a donc occasionné une enquête dans le but d’identifier le plus précisément possible les circonstances de cette erreur. Cette dernière a pu être connue grâce au conjoint de la patiente qui se questionnait sur les rougeurs apparues.

Le CHIC met en place un nouveau dispositif

En effet, cette femme victime d’un cancer du sein présentait des lésions cutanées sur le côté sain. Rapidement, ils ont pu constater cette erreur et le Pr Bruno Housset a révélé qu’elle n’avait pas eu de cicatrice à la suite de l’opération de la tumeur. Le personnel effectuant les séances de radiothérapie s’est donc trompé dans le sein qui n’a pas pu être identifié à cause de l’absence de cette marque. La patiente a décidé de continuer son traitement avec le même établissement et elle n’a pas été victime de séquelles. Cette erreur a toutefois eu des répercussions dans le monde médical, car le CHIC à l’origine des séances a décidé de procéder à quelques modifications selon une information du Parisien.

Cette erreur n’a pas eu de conséquence sur la santé de la patiente

Désormais, lors de toutes les étapes de la prise en charge du malade, le dossier médical sera disponible. Les informations importantes seront ainsi listées et permettront aux professionnels d’avoir une traçabilité qui aurait peut-être pu éviter à cette femme de subir 22 séances de radiothérapie pour rien. Cette affaire montre également que l’entourage est susceptible d’avoir un rôle primordial, c’est pour cette raison qu’il sera davantage intégré dans le processus. Cette erreur n’a pas occasionné de séquelles, mais l’ASN a décidé de procéder à une vérification du centre d’ici la fin du premier semestre.