Deux ou trois choses à savoir sur les couteaux japonais

409

Pourquoi les couteaux japonais rencontrent-il un tel succès ? En vogue depuis quelques années, ces instruments issus de l’héritage nippon n’ont parfois plus rien de traditionnel. En effet, si on les trouve partout, ils sont en général importés en masse de Chine et n’ont plus grand chose à voir avec le véritable artisanat. A quoi reconnaît-on un vrai couteau japonais ?

La tradition du couteau japonais

L’art du couteau japonais remonte à l’époque des samouraïs, pour qui la tradition de la forge était d’une importance capitale, puisqu’elle donnait des épées belles, solides, résistantes et extrêmement tranchantes. Les couteaux japonais sont d’ailleurs les plus coupants au monde. Si l’on souhaite s’offrir un superbe couteau japonais ou en faire cadeau, on peut être tenté de se ruer sur l’une des nombreuses imitations qui ont inondé les rayons des magasins, en particulier les grandes surfaces. Pourtant, la différence de qualité avec un modèle original est immense. En effet, la spécificité principale d’un couteau japonais est d’être forgé à la main et non moulé, comme c’est le cas des imitations.

Les matériaux : la lame

Un couteau japonais est réalisé avec de l’acier. Différentes couches sont assemblées pour former la lame, façonnée à l’aide d’une technique ancestrale qui lui donnent sa forme si particulière. Les courbes ainsi que les biseaux sont issus de gestes précis effectués par l’artisan lors du façonnage. L’acier, qui combine le fer et le carbone, intègre parfois une petit quantité d’harmonium et de tungstène, ce qui lui donne une résistance exceptionnelle. Différents niveaux d’acier existent : les plus connus sont le Shiroko et l’Aoko, par ordre de qualité.

Le manche

Des matériaux nobles sont utilisés pour fabriquer le manche. On choisit notamment des essences de bois précieux tels que l’ébène ou encore le magnolia. Enfin, une bague vient couronner le manche. Dans la tradition, il s’agit d’une bague en corne de buffle. L’avantage, si l’on achète un couteau japonais chez un fabricant, est qu’il est possible de le personnaliser en sélectionnant le bois de son choix ainsi que le type de lame et la forme du couteau. On peut éventuellement le faire graver.

Comment entretenir son couteau japonais

Les couteaux japonais demandent, comme tout objet de grande qualité, un petit peu d’entretien. Afin de conserver leur tranchant, ils doivent bien entendu être aiguisés. Cette opération doit être réalisée sur une pierre à aiguiser, un appareil spécialement conçu pour cet usage. Lorsqu’un couteau japonais est bien aiguisé, il est capable de trancher une feuille de papier journal que l’on tiendrait simplement de l’autre main. Cela va sans dire, mieux vaut mettre cet objet magnifique mais potentiellement dangereux hors de la portée des enfants. On range le couteau japonais dans un étui en bois nommé le Saya.

A l’origine, les couteaux japonais avaient différents usages, comme couper le poisson, les légumes ou réaliser de nombreuses tâches du quotidien. C’est pour cette raison que l’on peut trouver différents types de qualité d’acier et de formes. Quoiqu’il en soit, le couteau japonais reste un art et ne tolère donc pas les imitations. Si vous souhaitez vous faire plaisir en vous en offrant un, optez don pour la véritable qualité japonaise !