Voyage Népal : Randonnée et trekking dans l’Himalaya

275

Le Népal est considéré comme la Mecque du Trek. Les noms comme Anapurna ou Mansalu sonnent comme une invite à une randonnée.

Quand partir au Népal ?

L’automne, de mi-octobre à novembre, et le printemps, d’avril à mai, sont les meilleures périodes pour admirer le paysage fleuri des moyennes montagnes népalaises. Le temps y est alors beau et le ciel dégagé. Le printemps, quelques neiges y subsistent.

Formalités et droit d’entrée.

Les circuits sont généralement tracés dans des parcs nationaux, découvrez les offres de Huwans pour organiser votre voyage Népal adapté à vos capacités et à vos envies. Il faut s’acquitter d’un droit de 15 dollars par parc au bureau des parcs nationaux situé à Thamel et enregistrer l’itinéraire auprès de la Trekking Agent Association (TAAN) à Katmandu en se munissant d’une photocopie du passeport ainsi que de deux photos d’identité.

Ravitaillement et hébergement

Avant le départ, il est important de connaître les points de ravitaillement. Cela impactera sur l’organisation et l’encombrement du sac à doc. Pensez à toujours emporter dans vos sacs des sucres rapides, comme des barres de céréales et des fruits secs. Il faut également se renseigner sur la disponibilité des lodges sur les parcours. Le confort de ces lodges est souvent rudimentaire, donc l’utilisation de sac de couchage est vitale. Le prix de l’hébergement et de la restauration suit la courbe de l’altitude.

Le mal des montagnes

Ce désagrément est causé par la diminution de l’oxygène en altitude au fur et à mesure de la progression, et ce, indépendamment de la condition physique. Les effets sont immédiats à 3000 mètres. Il est impératif de monter par pallier de 400m par 24 heures à partir de 3500 mètres (redescendre de 100 m le soir). La prise de Diamox à titre préventif est conseillée au-delà de 4000 mètres.

Les symptômes :
– Migraine
– Insomnie
– Vertiges
– Fatigue
– Essoufflement au repos

Ces signes disparaissent généralement après quelques jours. Il faut juste ralentir l’ascension en évitant tout effort inutile et l’alcool. Réhydratez-vous régulièrement avec de l’eau, du thé ou de la soupe. Si les symptômes s’intensifient, il faut immédiatement redescendre d’au moins 500 mètres.

La Boite à pharmacie

– Couverture de survie dorée
– Sifflet
– Pansements ampoules
– Antiseptique
– Diamox
– Analgésique (pour la douleur et la fièvre)
– Anti courbature
– Pastilles pour le traitement de l’eau
– Antibiotique à large spectre
– Antihistaminiques pour les allergies

Equipements et matériels

L’idéal est d’utiliser son propre équipement surtout pour les chaussures. Cependant, des matériels et des équipements sont disponibles en vente ou en location dans des boutiques à Katmandu ou à Pokhara, et ce, à des prix plus ou moins abordables. Prévoyez un nombre de place supplémentaire pour mettre les bagages dans la tente.

Guide

Partir seul peut être considéré sans risque sur les itinéraires très fréquentés. Sur certains parcours, il est obligatoire de recourir au service d’un guide expérimenté (différent d’un porteur qui ne s’occupe que de la logistique : portage, montage des tentes, etc…). Une agence officielle vous conseillera efficacement sur la possibilité ou non de partir seul.

Des gestes responsables

– S’enregistrer auprès de l’ambassade ou du consulat sur place avant de partir en trek. Pour les ressortissants français, s’enregistrer sur le dispositif Ariane avant tout départ à l’étranger.

– Préférez le traitement de l’eau (micropur) à l’achat d’eau en bouteille pour diminuer la pollution.

– Ne pas jeter ni enterrer les déchets non-biodégradables sur les sites.